Groupe Banque africaine de développement

The African Development Group

 

 

 

 

 

Coordonnées principales Site internet principal
Membres régionaux Multilatéral
Membres régionaux Afrique du Sud, Algérie, Angola, Bénin, Botswana, Burkina Faso, BurundiCap-VertCamerounComores, Côte d’Ivoire, Djibouti, Egypte, Guinée équatoriale, Erythrée, Ethiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Kenya, Lesotho, Libéria, Libye, Madagascar, Malawi, Mali, Maroc, Maurice, Mauritanie, Mozambique, Namibie, Niger, Nigeria, Ouganda, République centrafricaineRépublique démocratique du Congo, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Swaziland, Tanzanie, Tchad,  Togo, Tunisie, Zambie, Zimbabwe
Membres non africains Allemagne, Arabie saoudite, Argentine, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Chine, Corée, Danemark, Emirats arabes unis (uniquement membre de la FAD), Espagne, Etats-Unis, Finlande, France, Inde, Italie, Japon, Koweït, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Royaume Uni, Suède, Suisse, Turquie

Le Groupe Banque africaine de développement (BAD) a pour objectif global de promouvoir une croissance économique durable et de faire reculer la pauvreté en Afrique. Il est composé de trois institutions: la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds spécial du Nigeria (FSN). Il compte parmi ses membres 54 pays africains et 27 pays non africains. Sa stratégie pour la période 2013-2022 concentre ses efforts tout particulièrement sur les États fragiles, l’agriculture, la sécurité alimentaire et l’égalité homme-femme.

Les approbations annuelles du Groupe BAD s’élèvent à un montant compris entre 4 et 6 milliards d’UC. La majorité des financements est octroyé sous forme de prêts, le montant restant sous forme de subventions et de garanties. La Banque divise ses opérations en sous-région. La structure régionale des prêts, approbations et investissements consentis par Groupe BAD se répartissait ainsi en 2013 :

  • Afrique centrale (6.8%) : essentiellement trois secteurs, à savoir : infrastructures, multisecteur et agriculture, et développement rural.
  • Afrique de l’Est (16.8%) : cela concerne les infrastructures (notamment les transports, l’énergie, l’eau et l’assainissement).
  • Afrique du Nord (6.4%) : les interventions ont concerné le secteur social et l’agriculture.
  • Afrique australe (17.3%) : deux secteurs, à savoir les infrastructures (les transports, l’énergie, les TIC, l’eau et l’assainissement) et le secteur financier.
  • Afrique de l’Ouest (27.8%) : les infrastructures, suivie du multisecteur, de l’agriculture et du développement rural.